Homepage


Neil Young - Bridge 15 - 20 octobre 2001 (compte-rendu)

 



Chaque enfant du Bridge est une étoile multicolore
Keith, Danny, Lueza, et dix autres sourient
Au chemin victorieux des vingt-cinq anciens élèves
Chaque musique est un chant stellaire
Ce week-end est celui des enfants du Bridge
Ecole en fête, leçons aux oubliettes
Merveilleux parents riches d'enfant

Pearl Jam s'éloigne pour l'arrivée imminente du Crazy Horse
Qui prend place pour sept morceaux acoustiques
Etrangement, sans que Pegi annonce son mari
Son partenaire comme au set de l'après-midi
Et ses amis du soir, Poncho, Billy, Ralphy, et Astrid
Le Crazy Horse Deluxe est calme
Comme saisis sous une gelée matinale
Dans ce ciel agrandi pressant cette terre décoiffée
La plainte permanente de l'harmonica enfante la lune de notre âme

Notre corbillard glisse en crabe vers la mer
La plage regorge de lamentables atermoiements
Caroline ne reviendra pas, son retour est improbable
Nos pas trébuchent sur ce méchant songe
Et même si elle reste hasardeuse
Notre marche doit se poursuivre
En compagnie de nos souvenirs ensevelis
Qui bons ou mauvais, sont nos trésors à briquer
Déjà le sourire esquissé égaie notre course folle
Pied de nez à la séparation

It's great to see you here tonight
And thanks for coming everybody et Neil nous plonge
Dans le vieux livre de sa bibliothèque glorieuse
Seul l'amour coule en rythme sur 500 pages imposantes
Avant que la haine ne squattent les marges et raturent les mots
Neil et ses amis sont dans une niche de bonheur
Leur guitare éclaire leur réunion
L'encre de la dernière page lue est d'un bleu intense
Et s'estompe dans la nuit en se tortillant

Bob a remis ses questions sans réponses
A six reprises sous différents vents
Et nous les offre régulièrement à chaque séparation
Samedi à San Francisco, ce soir à Denver
En 1991, Neil lui avait insufflé un lent vent électrique
Qui crissait agréablement à nos ouïes
Aujourd'hui, la chanson est soufflée par une courte bourrasque en roue libre
Urgence de mettre en vol la colombe endormie sur le sable
Neil l'avait déjà secouée en solo sous la lumière de ce jour

Je est Neil Je est autre
Love est Pegi Love est humanité
Beaucoup se perdent dans ce labyrinthe des circonstances
Ils oublient qu'une histoire fourmille de personnages
Se dirigeant au point cardinal de leur vie
Le maillet de Larry me cloue au fauteuil
En d'amples gestes il travaille gongs et cymbales
Beauté des arrangements
Pegi et Astrid en choeur
"Yippee Yi A, Yippee Yi O"
Aujourd'hui la batterie n'arbore pas le drapeau américain
Le bouc émissaire n'est plus Khaddafi mais Ben Laden

Neil, another one ! Neil décoche enfin un éclat de rire
Puis des notes françaises reconnaissables
La Marseillaise introduit un message de Lennon et Mc Cartney
Quand tu n'as n'es plus rien seul l'amour compte
Car l'amour cicatrise les plus grandes plaies de notre âme
Les mariages grandissent sur la crête du malheur
La casquette rouge qui salue le Fire Department of New York
Efface les yeux baissés de Neil qui se recueille tête penchée
De grands panneaux calligraphiés lèchent ses pieds
Tous font écho à Astrid qui chante à l'infini
All you need is love jusqu'au rappel de l'hymne français
Nos têtes tourbillonnent tourbillonnent tourbillonnent
Dans de nombreuses étoiles rouges et bleues
Tourbillonnent tourbillonnent encore et encore

"How y' a doin' out there ? Il est difficile de savoir
Quelle chanson jouer de nos jours
Chaque chanson semble différente
Chaque mot signifie quelque chose de différent"
Sont les mots de Neil assis à son orgue
Pegi et Astrid enrichissent la voix rocailleuse de Neil
Sur cette Mother Earth qui n'a jamais paru à ce point
Être la petite soeur d'After The Gold Rush
Je comprends ce qu'a dit Neil en prologue
Ce cantique écologique devient
L'hymne funéraire des victimes du 11 septembre
Non, Neil n'avait pas besoin de changer
Oh, freedom land par Oh, America

Pas de doux violons, pas de piano comme pour les héros
Le Crazy Horse usent les belles notes cristallines de leur guitare
Neil fait un signe aux techniciens
Les paroles de John Lennon s'affichent sur l'écran
Tous les artistes ont rejoint la scène
R.E.M., Pearl Jam, Dave Matthews, Billy Idol,
Ben Harper, Tracy Chapman et Jill Sobule
Et restent silencieux et invitent le public à chanter
Pegi et Astrid nous offrent aussi les paroles sur de larges écriteaux
Astrid est extrêmement amusée
Être Bob Dylan comme dans son clip
Subterranean Homsesick Blues
Le public prend de l'assurance
Son chant résonne encore dans notre coeur
Imagine no possessions I wonder if you can
Aucune modification apportée comme pour les héros
Imagine no possessions I wonder if I can
Néanmoins l'émotion est grande
I'm a dreamer but I'm not the only one
Bonne idée Neil de nous avoir fait participer ainsi
Être instrument vocal sur ce bel instrumental

Les artistes se réconfortent, s'embrassent
Les genoux de Billy Idol fléchissent -
Signe de croix - devant Neil
Pegi et Neil nous remercient et se retournent
Applaudissent vigoureusement les enfants et parents du Bridge
Greensleeves nous accompagnent vers la sortie
Quelques braises sont encore présentes
Sauvons les tant qu'il est encore temps
Et demain notre coeur sera plus chaud
Et la musique retrouvera sa poésie enflammée

Le crayon dessine les dédicaces
Billy à Sheila : "Oh ! ! ! Rusty ! Are you a rusty ?"
Son large sourire dévoile sa pensée
"Oh, I LOVE the rusties ! ! ! They are soooo great !"
Le Crazy Horse Deluxe grimpe dans le van
Sauf le grand sachem Neil qui est manquant
Il arrive enfin et se dirige vers sa cadillac rutilante
Entendant un "Hi Neil !", ses sourcils travaillent
"This car is AWESOME ! ! ! !" - admiration -
Son visage s’éclaire : "Thanks !"
"Neil, de quelle année est-elle ? Personne semble savoir." (1)
"C’est une 54" (2), Sheila s’adresse à sa fille :
"Tu vois - je te disais que cette voiture est plus récente que moi." (3)
Neil rigole et s’installe sur le siège arrière
"Have a great night", il répond : "You too"
La portière se referme et Jack active le démarreur
La cadillac noire s’évanouit dans la nuit glaciale

FIN

BETWEEN The Rusty Words
(09 mai 2004)

(1) ["Neil, what year is it ? Nobody seems to know".]
(2) ["It's a 54"]
(3) ["See - I told you this car is newer than me !"]


© IDDN 2005

Le poème traduit





Setlist :
~ Early Set (Solo) : Sugar Mountain / Blowin' In The Wind
~ Late Set (w/ Crazy Horse) : Long May You Run / Love And Only Love / Blowin' In The Wind / Mideast Vacation * / All You Need Is Love / Mother Earth / Imagine (instrumental, audience sings)
# Pegi and Astrid on backup vocals. (*) Larry Cragg with a gong.