Homepage

 


Rêves avec Neil Young



Top ; 11-01-200715-12-2006 ; 02-10-2006 ; 13-07-2006 ; 23-03-200606-02-200605-02-200601-10-200520-09-2005 ; 21-08-2005 ; 10-08-2005 ; 03-06-2005 ; 05-03-2005 ; 29-01-2005 ; 11-09-2004 ; 02-22-2004 ; 08-21-2003 ; 11-10-2002


© IDDN 2005 © IDDN 2007

11 janvier 2007

Je dis à Neil Young que j’ai vu un album de "On The Beach" pas cher, en occasion, mais je ne l’ai pas acheté car le boîtier était cassé. Il me répond que je pourrais facilement  remplacer le boîtier par un neuf. Je me dis qu’il a de ces bonnes idées ! C’est pourquoi peu de gens peuvent se passer de sa compagnie. Je vois le dit album sur les étagères de Neil. Je m’y agenouille pour le consulter. Pendant ce temps, Neil s’est armé tel un chasseur de poussières au sol. En ouvrant le boîtier je découvre que l’album est un vinyle 33 Tour plié en quatre portions de galette - bien plus pratique pour le rangement mais ça n’arrange pas mes affaires n’ayant pas de crêpière à l’ancienne. Maintenant me voilà dans l’angle fermé du balayeur. Et je sors poussière dans le vent.
(Fin)
Denis

Top


15 décembre 2006
Ce soir, me voilà jouant de la basse sur scène avec Neil Young et son groupe (sa femme, Pegi, est dans les choeurs). A l’entracte, nous nous laissons dévorer par des rouges fauteuils somptueux. Neil et Pegi se parlent, sans aucune gêne, près de moi. Je porte des oreillettes qui, alors que je croyais qu’elles me servaient pour le retour sur scène, me traduit en français et en instantané ce que ce couple se dise. Abasourdi, j’arrache mes oreillettes indiscrètes... et sors discrètement. Je me fonds dans le public jouissant à l’idée d’assister à la future seconde partie du concert de Neil.
(Fin)
Denis

Top


02 octobre 2006
Je marche d’un pas apaisé sur un vieux chemin campagnard. Il est sec comme le ciel qui donne ici et là de son reflet azuré à quelques facettes pierreuses qui font ici et là quelques saillies rayant ou cognant mes semelles. Un serpent végétal coupe en deux ce chemin qui est bordé de champs cultivés. Une femme, conduisant un engin, entre dans une parcelle pour clôturer une moisson entamée. Je saisis alors un épi que je froisse dans mes mains. Les  grains légers me semblent être du millet. Ayant poursuivi ma route, - [Note : Est-ce que j’ai un itinéraire bien défini ou suis-je simplement guidé par mon fil céleste ?] - je dois faire place à une voiture noire venant vers moi à vive allure. Elle ralentit à mon niveau. Elle est noir de monde. Larry Cragg est à l’avant et Neil Young est à l’arrière. Neil tourne sa tête vers moi en laissant sur son visage un sentiment qui pourrait être exprimé ainsi : "Who is this guy... and what’s he doing here this fucking bastard ?" Puis la voiture disparait dans un nuage.
(Fin)
Denis

Top


13 juillet 2006
Je m’assois sur les marches de l’estrade où Neil Young arrive, s’assoit et joue son set solo. Neil sort et revient un temps plus tard. Il se dirige vers le bord de la scène et s’agenouille près de moi et, s’adressant au public, nous dit : "Je connais le fort sentiment envers moi qui vous anime, vous les rusties. Je vous en suis très reconnaissant. Cela me touche beaucoup... D’où venez-vous ?" Je lui dis "From Brittany". J’entends un gars hurlant derrière moi "Italia". Neil admiratif : "Brittany ? Oh ! Great !" Puis, Neil retourne s’asseoir et joue le second set.
(Fin)
Denis

Top


23 mars 2006
Nous sommes dans une petite salle et nous attendons Neil Young qui arrive maintenant sur scène. Il est juste accompagné d’une guitare. L’audience est pleine d’enthousiasme. C’est vraiment une banalité de le dire puisqu’elle ne peut l’être autrement. Les chansons se succèdent. Bien que ma folle envie soit de rester, je dois néanmoins m’absenter. Je passe dans la pièce qui se trouve derrière la scène. Tandis que j’agence les tables, les nettoie, j’entends dans un son étouffé le concert. Après "Powderfinger", Neil demande les souhaits de l’auditoire. J’entends des hurlements pour "On The Beach" ou "No More", et malheureusement aussi un "Heart Of Gold". Ma tristesse provient du fait que Neil a fini tous ses concerts européens de 2003 par cet excellent morceau, et je ne veux pas que le show se termine déjà ! A l’instant, j’aimerais bien que Neil joue "Cowgirl In The Sand". Je sais que ce n’est pas très original car Neil a joué cette chanson en solo en 1992, et sans doute en 1999. Au moment où j’ai le sentiment que le show touche à sa fin, j’ai enfin terminé mon travail. Tant pis, mais, je suis content. Le principal est que la salle soit prête à cet instant et elle l’est. Les rusties peuvent venir ici continuer la fête. Et il n’est pas interdit de penser que Neil daignera nous rendre peut-être visite. Oh ! Juste le temps d’une brève apparition, juste le temps d’un salut lointain. J’accueille les rusties...
(Fin) [Note : Neil a bien joué aussi "Cowgirl" en solo en 1999]
Denis

Top


06 février 2006
Mes potes de ‘Spleen Garage’ jouent sur une petite scène basse. Je suis au premier rang. Je les apprécie beaucoup. Leur show fini, ils s’éclipsent pour laisser place à Neil Young et son groupe de Crazy Horse. L’air qui fend l’atmosphère est "Love And Only Love". Puis, de nulle part, viennent les cigarettes roulant au sol (sur les planches de la scène). Je m’en allume une ! Neil en ramasse une et l’allume avec la mienne. Poncho veut aussi en ramasser une, n’y arrive pas parce qu’il désire conserver son jeu de guitare afin de ne pas corrompre la chanson par son absence et de la sorte ne pas agacer "son patron". Pourquoi la cigarette semble ici nécessaire (utile) à tous ? Moi qui n’ai jamais fumé... (Fin)
Denis

Top


05 février 2006
Je marche dans la campagne, longeant une rivière active sortant d’un bois, en compagnie de Neil Young. Par delà l’autre bord, une autre rivière serpente vers nous pour ensuite s’éloigner. Nous arrivons à la hauteur d’un plan d’eau que remplit la première rivière. Je demande à Neil si cela sert à irriguer ses champs ; par cette question je dois être indubitablement à "Broken Arrow" !
- Tu vois, sur cette petite colline, les petits bâtiments abandonnés... Ils sont très drôles. Je ne sais pas... Je crois que ce sont des Européens qui les ont bâtis et habités... Des Danois à ce que je crois...
Je déambule parmi une dizaine de petites maisons étroites faites d’une seule pièce, faites de pierres, de chaux, de bois. Ce sont des matériaux qui dépareillent à la pensée que l’on se fait des maisons anciennes du Far West... Des Danois ? !... D’après les restes d'écriteaux que j’aperçois au-dessus des orifices faisant office de portes, il ne peut que s’agir de Français. (Fin)
Denis

Top


1er  octobre 2005
Neil Young et le Crazy Horse sont sur scène et démarre le concert avec "Love To Burn" accompagné d’un groupe de rap. C’est Astrid Young qui est à la sono. Je crains le pire car il me semble qu’à Rio en 2001, c’était elle qui était aux commandes et le premier titre avait foiré par une mauvaise sono. Ici, tout va bien. Les rappeurs quittent la scène. Et Neil navigue "Down By The River". Je dois faire une erreur à propos de Rio, à moins qu’Astrid se soit améliorée. (Fin)
Denis

Top



20 septembre 2005
Avec un petit groupe, je visite la ferme de Broken Arrow... Nous croisons Neil Young qui nous propose de goûter son cidre. Après cela, nous sortons de la grange et parlons avec Neil de la transformation dans le temps de l’allure des arbres qui se dégagent au-dessus d’une barrière végétale d’un horizon. (Fin)
Denis


Top


21 août 2005
J’assiste à un concert de Neil Young. Je m’aperçois que c’est la tournée de 1973, celle que la rusty Sofff adore plus que tout. A l’arrière de la scène, deux portes battantes donne sur un espace libre où je pose ma caméra sur trépied. J’entrouvre une de ses portes, la coince et je retourne parmi le public. Je filmerai quelques minutes plus tard pour donner quelques images à Sofff. Neil est plus déchaîné que pendant la tournée 1987. Il fait la course sur scène. Ce qui est étrange est qu’il est avec le Crazy Horse : Neil n’a pas tourné avec eux en 1973. Neil est si débridé qu’il finit par remarquer mon caméscope. Neil finit la chanson et s’arrête et tous vont en coulisses. Neil est accablé. Elliot Roberts lui dit : "Tu sais, il (moi) ne souhaitait que filmer quelques minutes pour mettre sur son website." Je m’adresse à Neil en français : "Je ne voulais pas t’offusquer mais je vois que tu l’es". Neil opine du chef. Je lui dis : "Je ne sais pas si tu comprends vraiment ‘offusquer’". Son expression fit "That’s right !" Moi : "To offend you." Finalement, Neil retourne sur scène seul. Moi et le reste du Crazy Horse jouons avec un ballon à l’extérieur. (Fin.)

Denis

Top


10 août 2005
J’écoute "Prairie Wind", le nouveau cd de Neil Young. Je le trouve mélodieusement beau. Dans une chanson, il y a des choeurs féminins ce qui m’étonne car ce n’était pas ce qui avait été annoncé. La fin de cette chanson me semble peu familière à la griffe de Neil puisqu’il y a un léger effet de passage de son entre les enceintes. L’ensemble me laisse dans une certaine insatisfaction, puisque tout le cd a le son étouffé. J’écris à Astrid Young mon opinion sur ce CD. (Fin.)

[Note : Je réalise que mes rêves et ma vie à venir se mélangent et que cela jette la confusion dans les esprits ! ! !]

Denis

Top


03 juin 2005
Partie I
J’ai un rendez-vous pour parler de la constitution européenne. Je me présente devant la secrétaire en même temps que deux autres hommes et l’une d’elles s’adresse à la femme assise derrière son bureau d’accueil. Ils sont bien là pour le même sujet. Puis l’homme ajoute : "Mais quels sont les droits de Neil Young sur les DVDs non commerciaux quand toutes ses Archives seront sorties ?". Je suis très surpris que Neil Young vienne escamoter le sujet de notre réunion sur la constitution européenne ! La femme lui donne une réponse attendue à ce type de question ! A ce moment, quelqu’un me tape sur l’épaule. C’est un homme qui a les bras chargés. Il se rétablit de sa position difficile dans laquelle il s’est mis pour me signaler sa présence :
- Bonjour, je suis le numéro trente-deux de la NYAS et j’ai quelques présents à vous remettre de la part de Neil Young pour vous remercier de vos tee-shirts peints.
Il a trois objets emballés dont un ressemble à un cadre, l’autre à ce que pourrait être une sculpture. Le dernier qui a une forme cubique (environ 20*20 cm) se retrouve entre mes mains.
A ce moment, un enfant me pince très fort la jambe. Dans ses yeux ronds se reflète aussi ma pensée : "Pince-moi ! Je dois rêver !". Mais il me pince si fort et si longtemps que...

Fin ! (Note : Cet enfant me pince si fort et si longtemps que... je me réveille. Cela fait une heure que je dors. Je suis encore bien fatigué. Et j’ai mal - tel un pincement - à l’endroit où le garçon m’a pincé dans le rêve.).

Partie II
(Je me rendors aussitôt et je refais exactement le même rêve ! L’enfant n’est plus là pour me pincer la jambe mais au lieu de cela, la sonnerie du téléphone me réveille. Et ce second rêve se termine exactement au même endroit pour une même durée de sommeil ! Satané téléphone ! Je devrais le laisser débrancher.).

[Note : Si mon subconscient ne pense qu’à recevoir des cadeaux ce n’est qu’un être misérable !]

Denis

Top


05 mars 2005
Une petite salle, le Crazy Horse est sur scène. Le show qui est excellent se termine. Le public perd patience au bout de nombreuses minutes d’attente. Une trentaine de personnes au maximum ont rejoint le bord de la scène. Comme le matériel est toujours en place, nous nous plongeons dans les victuailles que nous avons amenées. Enfin, Larry Cragg et son équipe investissent la scène pour le démontage du matériel. Nous nous faisons, alors, bruyants ! Larry est surpris par notre présence, et sort de scène. Nous continuons à gueuler ! (Je dois être sourd quand je dors car cela ne m’a pas réveillé). A nos yeux ébahis, le Crazy Horse revient sur scène. Neil empoigne sa guitare et c’est alors qu’il se fige en nous remarquant. Qu’y a-t-il ? Neil ne voudrait-il pas jouer parce que nous sommes peu nombreux ? Il lâche sa guitare et descend de scène. Notre petite table lui a mit en appétit. Neil se régale de crêpes et aussi d’un chausson aux pommes qu’une fille a cuisiné. Puis Neil rejoint son groupe favori et se met à jouer un morceau avec une étrange introduction puisque celle-ci est composée de plusieurs démarrages facilement identifiables. Ca démarre par Hey Hey My My, puis par Like A Hurricane. Mais le morceau est bien Welfare Mothers.

Denis
Rêve de hier après-midi : Je suis peut-être à Venise, ça y ressemble beaucoup. Il y a de la foule dans les "rues". Je suis près de Neil, Pegi, Astrid, et je pense que Larry est là aussi. Contrairement à eux, je porte un masque. Est-ce carnaval ? Cela ne reflète pas une bonne image de moi-même.

Top


Samedi 29 janvier 2005
J'ouvre le boîtier du nouveau CD de Neil Young. C'est aussi un CD-DVD-Audio comme le Greatest Hits. Je parcourre la setlist. Un titre retient mon attention : "I Can Break You".

FIN

Note : Acteullement une rumeur circule que Neil prépare un nouveau CD. Dans mon rêve, cela ne ressemble pas à première vue à un titre pour Greendale II.

Mardi dernier, un autre rêve : J'ouvre une porte qui donne sur un couloir que je mets à emprunter. Sous mes pas, je suis surpris de lire les inscriptions faites dans le carrelage : "Neil Young" et "Cinnamon Girl".

Top


Mardi 9 novembre 2004

Je jouais trois de mes saynètes sur scène, puis je me suis mis près des spectateurs pour assister au spectacle suivant car je ne tiens pas à manquer cela ! Hé oui ! C’est le Crazy Horse électrique qui investit la scène ! Neil et ses amis sont en pleine forme. Je dis à ma voisine que j’aurais bien pu jouer une quatrième saynète mais je m’en suis tenu qu’à trois sachant qui prenait le relais, car je suis, comme le public de la salle, impatient d’écouter le groupe annoncé ! Neil nous dit qu’il a invité un de ses amis à le rejoindre sur scène pour jouer All Along The Watchtower. Je pense de suite à Bob Dylan. Mais non, ce n’est pas lui qui apparaît ! Tous les yeux de la salle sont écarquillés ! C’est Jimi ! Jimi Hendrix ! Jimi en chair et en os ! C’est lui qui mène Crazy Horse dans une version hallucinogène. La réunion de Neil et Jimi ne peut que faire de mirifiques étincelles ! Le morceau est fini, et le public n’applaudit pas encore subjugué par l’apparition de Jimi. Et ce n’est qu’au démarrage du morceau suivant que nous sortons de notre tétanie. Il s’agit de Rockin’ In The Free World ! Comme sur le morceau précédent, Neil se fait plus discret qu’à l’accoutumée et laisse la part belle à son invité de marque. Je profite de mon privilège et je monte sur scène pour mieux voir le jeu de Jimi. Je me tiens entre Neil et Jimi. Je vois bien que Neil regarde Jimi de manière très admirative. Ce soir Neil laisse tous les projecteurs se diriger sur ce guitariste de légende qu’il apprécie énormément.

Denis

Top


Concert de Neil de cette nuit - setlist

Pas de Greendale show ! ! !

Neil w/ Crazy Horse :
* Bravo (nouvelle chanson)

La scène est déserte - Longue attente.
Neil réapparait. Larry apporte une chaise. Neil s'asseoit. Larry apporte une guitare à Neil.
* On The Beach (acoustic guitar)
Un petit peu éloigné dans la salle, je me rapproche mais pas autant que je pouvais l'espérer.
Neil sort - Longue attente.

Puis Neil w/ Crazy Horse et avec un autre guitariste qui m'est inconnu jouent :
* Will The Circle Be Unbroken
Neil nous a dit que c'est un hommage. Mais je ne comprends pas pour qui ou pour quoi.
Quelqu'un serait-il mort ce soir ? Et ce qui expliquerait cette attente entre les chansons et ce concert qui semble décousu.

La scène est déserte - Longue attente.
Neil w/ Crazy Horse réapparaissent :
* Fuckin' Up
A la surprise de Neil, l'autre guitariste apparait et s'invite sur ce
morceau avec une guitare acoustique.
Celui-ci vient vient jouer dans le public. Il est près de moi et me propose sa guitare. Je lui dis que je ne sais pas en jouer. Il me dit (en français) : "A te voir vibrer par la musique, j'aurais cru". Je lui réponds : "La musique est en moi et je la ressens fortement". Il me dit alors "Apprends à jouer de la guitare." Puis il me pose une question sur les shows de Neil. Je lui parle de l'eurotour 2003 et ceci en disant l'an passé car nous sommes bien en 2004.
Maintenant, la scène est déserte. Le public est un peu moins nombreux et je me mets au 3ème rang. Longue attente et ... fin du rêve.
La salle semblait être très proche de la salle du Palais Des Congrès de Paris.

Je suis désolé. Mais il semble qu'il n'y ait aucune trace audio ou vidéo de ce concert. (peut-être dans les 'Archives' ??)

Denis Between The Rusty Words (22-02-2004)

PS : Déjà, il ya 15 jours, j'étais au premier rang à un show de neil w/ Crazy Horse Deluxe !!! ;)
Mais je me suis réveillé dès qu'Astriiiiid et Pegi m'ont fait des petits signes !! ;)
C'était juste avant que Neil démarre le concert !! ;)

Top



Rêve et réalité

Comme Freud est mort et enterré, on peut se permettre de raconter nos rêves !

Alors voilà, jeudi je m'autorisai une p'tit' sieste, je me suis assoupi pour 1h30 ... enfin ... il y a peu de temps, "ils" viennent d'<accepter> que c'est possible que certaines personnes aillent dans le sommeil paradoxal aussitôt qu'elles s'endorment et ainsi aillent dans le rêve lors d'un sommeil bref. Freud n'a jamais fait de rêve de "deux heures" dans une sieste de 10 minutes !!??!! Le pôv' !!!

Bon, revenons à notre Neil-neil puisque c'est cela dont il s'agit !!! Oui, et que fait-il dans mon rêve ? Ce qu'il sait le mieux faire !!! Jouer de la guitare !!! Ici, elle était acoustique et le concert était en plein air en fin d'après-midi sur une petite place de village. Beau temps, tout va bien. Neil joue ses standards assis sur une chaise qui est au même niveau que le public, donc pas d'estrade. Et moi, me direz-vous ? Je suis dans l'assistance, on n'est pas nombreux (une vingtaine) et on est parsemé devant lui et non agglutiné prêt à se jeter sur lui. Je vois un gars qui est un peu en retrait et lui tourne continuellement le dos. Je sens néanmoins qu'il éprouve beaucoup de plaisir à écouter Neil. Je l'aborde et je lui dis que la scène est derrière lui. Oui, je sais mais je l'adore tant, que je ne peux pas imaginer de croiser son regard. Tu peux te retourner, n'aies aucune crainte, lui dis-je, car Neil porte des lunettes de soleil (je ne feinte pas, c'est vrai). Viens, on se rapproche un peu. On se rapproche mais il persiste à montrer à Neil son dos. Finalement, il se décidera à se mettre face à Neil. Arrive une coupure dans le show. Un feu d'artifice est prévu. Mais le démarrage est perturbé. L'artificier a quelques soucis avec les mèches et avant qu'il essaie d'y remédier, les badauds s'approchent et tentent de l'aider ce qui fait que l'artificier est plutôt gêner par ces gens pour accomplir sa tâche et commence à s'énerver. Neil qui est resté sur sa chaise attendant la fin de l'intermède dit : "Oui, il y a toujours des gens pour t'emmerder." Quelle n'est pas ma surprise ! Neil qui parle en français. Je m'approche de Neil qui s'est mis à lire un journal à une table qui était non loin de lui. Je lui dis : "How do you do ?" Neil me répond à se retrouver en tee-shirt en Winterlong : "On se connait ?" Je balbutie : "Heu, non ..." Neil sans vraiment quitter les yeux du journal dit, sur le même ton : "Bon, alors ..." Je me sens très mal à l'aise ! Oui je me sens vraiment très mal à l'aise et ça me réveille !

Moralité : Quand tu vis dans le rêve en permanence, le rêve est là pour te ramener à la dure réalité !!!

Denis Between The Rusty Words
24 août 2003

Top


Tranche de rêve

Je filme sur scène un groupe folk breton
Des murmures autour de moi :
"Qui c'est ce gars qui filme ?
- S'il est là, c'est qu'il doit avoir une autorisation." (que j'ai pas).
Et je continue à filmer sans être inquiété
Le show fini, je prends place en bas de la scène
je range ma caméra et j'attends ...

Des techniciens changent le matos sur scène
Le CRAZY HORSE doit jouer cette nuit !
La scène est au milieu d'une grande salle.
Je me trouve entre la scène et la foule.

Le Horse arrive et démarre un morceau
Je ne reconnais pas la chanson
Une nouvelle chanson ? Neil chante.
Mais c'est une de Ragged Glory !
Un Over & Over très calme
qui me permet tout de même de danser
 
Au refrain, Neil laisse Poncho le chanter et se met à gauche de la
scène et écoute ce qui se passe sur scène.
Ça ne va pas, Poncho est obligé de chanter faux car le rythme est
trop lent.
Tout en regardant Poncho, il compte avec sa main 1, 2, 3
Et le Horse repart plus nerveux

A la fin du morceau, les trois guitaristes descendent de la scène et dansent avec moi et un autre spectateur.
Un merveilleux ballet de paix et d'amitié.
Le son des guitares se meurent sur scène.
Neil remonte sur scène et reprend sa guitare
Il se passe rien, problème électrique 
Diodes et résistances à changer disent les électriciens
Puis j'entends Cortez !
Neil rejoue ? Non !
C'est la version Zuma, dis-je tout haut
Neil est près de moi buvant un café chaud
Avec un large sourire il dit : "Zuma ... "

Mon billet est valable pour la nouvelle date donnée demain mais pas en France
Demain je travaille et je suis loin de l'Angleterre ... Et je me réveille
Il est 2 heures du matin,
Un peu tôt pour un dimanche.
Je me lève et me mets Ragged Glory.
Ah ! Ca fait du bien ! ! ! ! ! !

Denis Between two dreams
(10 Novembre 2002)
"our dreams went up in smoke" (Over & Over)
S'agirait-il alors de cauchemar ? ;-)

Top


Cette page traduite