Homepage

 


Neil Young - Hannover - May 09, 2003 (compte-rendu)


 


Ma semaine germanique (partie 4 : Hannover  03)


     17H00, dans le périmètre du Hannover Congress Centrum, je ne trouve aucune connaissance de la Rust-list, aucun lieu pour accueillir la Rust-fest ! Je téléphone à Peter Hard_To_Handle : "Je suis pris dans les embouteillages, ne m’attends pas avant 19H30". A Harmut : "Je suis en chemin par le tramway. A tout de suite". Aïe ! Je ne suis pas paléontologue, je ne connais pas le PREHISTORIC BIRD ! Et ici, Où est la ville ? L’Eilenriede, immense forêt, est reine au coeur d’Hannover qui a des rues réservées exclusivement au vélo. C’est agréable de s’y balader. Un gars embarque sous le bras une affiche (et son support !) qui était placardée. "A Very Special Evening With Neil Young". Je retourne au Congress Centrum. Nulle place où aller, la foule s’amasse autour du bus noir. Ah ! Je vois Joachim ! Hallo ! J’ai téléphoné à Peter et Harmut. Ils seront bientôt là. Sourire des rusties présents. Je suis Harmut, et voici ma fille Andrea qui apprend le français. How do you do ? Harmut est encore plus bavard que Neil ! Ca me fait un bon échauffement pour le show. Maintenant, il s’agit de trouver la bonne entrée de la Kuppelsaal ! Il y a deux entrées dans le hall et quatre à l’extérieur ! Je suis dans le Block rechts (à droite). Mais le personnel me dirige vers le Block links (à gauche). Je contourne le bâtiment et enfin je trouve la bonne entrée. Mon fauteuil est face à un énorme pilier ! Il y a un problème ! Ma voisine se fait éjecter car elle n’est pas à sa place. Nous regardons nos billets. Elle doit être ma voisine de concert mais nous ne sommes pas dans le bon fauteuil ! Pourtant nous sommes bien, comme indiqué sur la porte, au Block B rechts ! C’est à ne rien y comprendre ! Nous interpellons un ouvreur qui nous dit qu’en effet nous ne sommes pas à la bonne place. Vous devez ressortir du bâtiment et prendre une autre entrée. Il est huit heures et je ne vais pas m’amuser à ressortir ! Là, je réalise ! Il se fout de notre gueule ! Je lui dis nous sommes dans le bon Block ! Où est notre fauteuil ? Il prend son plan, le regarde attentivement, oui, vous avez raison, c’est bien ici, et voici vos places. Merci bien, je ne vous retiens pas plus car je vois beaucoup de monde cherchent après vous en quête aussi de leur fauteuil, et ils sont aussi un peu nerveux car le show va commencer. D’ailleurs Larry s’empresse d’apporter sur la scène le gros classeur jaune, le pose à côté de la chaise où se tiendra Neil et l’ouvre à une page bien définie ! Neil nous a prévu une surprise ? Peter et moi, nous nous faisons de grands signes, moi du balcon, lui du bord de la scène. Tout va bien, Neil peut entrer en scène. Des halos de lumières, orange, bleu, blanc, englobent les instruments qui eux-mêmes encerclent Neil qui lui-même ne s’échappe pas du cercle de Greendale. Il me vient en tête la phrase de Black Elk (Elan Noir) "Tout ce que fait un indien, il le fait dans un cercle". Neil se déplace lentement et ses gestes sont précis. Come on, Neil ! Please, I am 57 years old ! Les personnages de Greendale sont attachants et ce qui leur arrive devait arriver un jour. Un rusty : "Why ?" Neil répond en rigolant : "Why ? I don’t know !" Neil gratte sa guitare de la main droite tandis que la gauche épluche les carottes ! Ceci pour nous dire avec une corde exprès mal accordée : Someday, you’ll find what you’re looking for ! Merci Neil ! J’espère bien comme tout un chacun. Mais savons-nous exactement tout ce que nous cherchons ? Les énormes lustres cylindriques de cristal se rallument. Neil nous fait une fois de plus une belle intro pour Don't_Let_It_Bring_You_Down. Applaudissements et chants ! Ce public est le plus agité de la semaine, il réagit aux beaux passages de guitare et d’harmonica ! A un moment du second set, Neil rate le départ d’un morceau, mais rattrape impeccablement ce faux départ. Bravo Neil ! Neil se lève pour le piano. Dans sa précipitation, Neil fait vaciller le micro. Reste tranquille, fait-il gestuellement. Le micro l’obéit. Et Neil s’en va rassurer vers ses rêves. Salut Neil ! Tu as fait tomber une guitare. Neil hésite, puis la remets en place. Un couple s’en va. Je leur dis que Neil revient encore pour une chanson. Merci, mais notre train n’attend pas, mais nous allons essayer de rester encore un peu, s’il se dépêche de revenir. Le revoilà ! Youhououou ! All Along The Watchtower ! Bien sûr que non, Neil ne changera pas Heart_Of_Gold pour rien au monde ! Mais il se permet un petit jam au milieu de celui-ci ! Merci Neil ! C’était fantastique ! L’Offenbach Keller est surbondé. Un groupe local finit son show. Autour d’un verre, je discute avec mes voisines, mais la tâche semble ardue puisqu’elles ne parlent pas un mot d’anglais, ou de français. Et moi, pas un mot d’allemand. C’est alors que Weld passe dans mes oreilles comme un ouragan sur mon fétu qu’est ma mémoire ! Je déroge à mon habitude, et je griffonne quelques notes car la bande Greendale d’Hannover va disparaître de ma tête et je ne pourrais plus la repasser cette nuit pendant mon trajet de retour ! Ce show acoustique était superbe et sans erreur. Zuma... Je ne suis pas venu ici pour écouter des CDs. Joachim est complètement vanné, il fait triste à voir ! Je l’avais déjà remarqué à Stuttgart ! Oui, c’est vrai je n’arrive pas à récupérer. J’aimerais assister au show de Paris, je n’ai pas encore de billet et si j’ai seulement le courage d’y aller ! Reposes-toi bien et il y a encore des places disponibles pour Paris. Rendez-vous à Paris ! Prends soin de toi ! Take care ! La mirror ball continue à tourner dans ce bar chaleureux alors que je m’apprête à finir le voyage que j’ai entamé cette semaine. Un anglais a dit ceci : "Le cercle est le plus long chemin d'un point au même point". Mon voyage s’inscrit dans le cercle : Münich (5 mai) = 1 500 km de chez moi (parti le 3 mai) ; Stuttgart (7 mai) ; Amsterdam (8 mai) = 2 500 km depuis le 3 mai ; Hannover (9 mai) = 3 000 km depuis le 3 mai. Je retrouve mes pénates le 10 mai = 4 480 km pour cette semaine germanique. Je ne vais pas vous laisser ainsi avec d’affreux chiffres ! C’est un rêve étrange et beau et aussi émouvant. J’assiste à un show solo de Neil avec son Greendale. Le public réagit odieusement à ses nouvelles chansons. Neil va jusqu’au bout de l’histoire et s’en va. Au second set, Neil joue Lotta_Love, puis se lève en disant que le show est fini, vous pouvez rentrer chez vous ! Le public honteux sort. Je n’y crois pas ! Je rêve ! Neil est resté sur scène et discute avec Larry. Je m’approche d’eux. Neil a l’air sévère et mécontent. Je le comprends. Je lui demande que tout ceci n’est pas vrai. Le show ne peut pas être fini ! Vous allez jouer encore quelques morceaux ! Neil s’approche de moi. Il me répond que je ne rêve pas ! Le show est fini et bien fini ! Nous nous regardons droit dans les yeux. Je suis si attristé par cette nouvelle que je commence à pleurer. Alors que je vais lui tourner le dos pour m’en aller, je remarque que Neil laisse échapper une larme. Un rusty me rattrape. Neil vient de nous dire que demain soir il n’avait rien de prévu et qu’il est content de rejouer à la même place pour ceux qui veulent. Il suffira seulement de présenter le ticket d’aujourd’hui. Le lendemain, une ou deux centaines de personnes sont présentes debout devant la scène. Neil arrive, joue les premiers morceaux de Greendale, puis s’arrête. Billy Talbot débarque avec sa basse, ainsi qu’un batteur avec une batterie réduite à quelques éléments. L’installation est rapide, et Neil continue Greendale avec eux, grattant de temps à autres une guitare électrique. Quel beau cadeau, Neil, tu me fais là ! J’espère, que vous qui me lisez, vous avez été témoin comme moi de cet évènement musical mémorable !

Fin.
Dens Between The Rusty Words (18 mai 2003)

-----------------------------
* 05-05-2003, Philharmonie, Munich, Germany
* 05-07-2003, Lierderhalle, Stuttgart, Germany
* 05-08-2003, Heineken Music Hall, Amsterdam, The Netherlands
* 05-09-2003, Kuppelsaal, Hannover, Germany
----------------------------
Et prochainement sur vos écrans :
Ma semaine germanique (partie 5 : Paris 03)

Le texte traduit





Setlist : Falling From Above / Double E / Devil's Sidewalk / Leave The Driving / Carmichael / Bandit / Grandpa's Interview / Bringin’ Down Dinner / Sun Green / Be The Rain // Lotta Love / Expecting To Fly / Don't Let It Bring You Down / Old Man / From Hank To Hendrix / After The Goldrush / War Of Man // Heart Of Gold





[Part 1 : Munich 2003]
[Part 2 : Stuttgart 2003]
[Part 3 : Amsterdam 2003]
[Part 4 : Hannover 2003
[Part 5 : Paris 2003 ]