Homepage

 


Neil Young - "Journey Through The Past" (compte-rendu)

 

Journey Through The Imagination

"C'est quoi ce film ?" est la première réflexion que j'ai eue en regardant les premières minutes du film "Journey Through The Past". Neil arrive à une station de radio, il passe du Neil, donnant lieu à quelques extraits de performances de Neil avec les "Buffalo Springfield" ou avec Crosby, Stills, Nash. Le voyage dans le temps serait le temps d'avec ces groupes ? Pourquoi pas, allons-y dans ce voyage. Mais très vite le sujet glisse comme une voiture sur un chemin de campagne. Cette voiture a le doux ronron reposant d'un vieux moteur, une personne ouvre la barrière, la voiture entre doucement. Et les images se succèdent. Et plus le film déroule ses images, plus je me disais : "Cela ne rime rien. C'est quoi le sujet ? De quoi Neil veut nous parler ? Quel est son message ?". Et c'est tout aussi doucement que l'allure de cette voiture que je suis entré dans les images qui m'étaient vides de sens. Mon imagination a travaillé jusqu'à la fin. Les souvenirs de mes expériences/connaissances sont remontés du plus profond de moi apportant ses moments de bonheur, de souffrance, de déprime, de réflexion. L'histoire du film est TON histoire si tu n'en as aucune, il est fort probable que tu n'en trouves aucune en regardant ce film. Car le fil conducteur est plutôt inexistant (l'errance du thésard ?) et les extraits de Neil jouant de la musique sont peu nombreux. Rappelez-vous la photo du hangar sur la pochette d'Harvest. Ca, on la voit animée, et le feu qui crépite aussi. La plupart des scènes sont jouées et pas "volées" même quand Neil se balade dans une casse de voitures ce qui offre vraiment aucun intérêt si tu restes distant de TON sujet. C'est un film personnel à regarder seul, en solitude. Il y a de très beaux plans/séquences lors des cavaliers sur la plage (cavalcade et adulation) digne d'un western de Clint Eastwood ou de Sergio Leone. La caméra est en général assez maladroite. Elle sera bien meilleure dans "Human Highway" (un joli film écologique satirique), elle trouvera sa voie avec "Muddy Track" (sur les routes de 1987), et elle sera totalement maîtrisée avec "Greendale" (le film et making of).

Denis Between The Rusty Words
(12 septembre 2004 )  ©

Note : Etrangement, trois jours après avoir écrit ce texte, Neil Young a joué "Journey Through The Past", chanson qu'il n'avait pas jouée depuis le 22 novembre 1976.
© IDDN 2005

Le texte traduit