Homepage

 


Neil Young - Munich - May 05, 2003 (compte-rendu)


 


Ma semaine germanique (partie 1 : Münich 03)


     Pendant ma semaine germanique, mon environnement me ramenait toujours à Greendale (USA) ou à Neil. Le samedi, au bord des routes, les poulains de l’année s’ébattent plein de vie dans les prés ensoleillés. Ils seront bien fougueux cet été. Le dimanche, la fatigue et la chaleur me font repousser mon rendez-vous avec mes hôtes de Stuttgart. Et c’est dans une rue de Baden Baden que je trouve mon hôtel dont je serais fidèle pendant tout mon voyage. Le lendemain matin, je vois que la nature s’étale dans cette rue. Les grosses grappes blanches des fleurs de marronniers se dressent fièrement vers le ciel. Les racines brisent d’une poussée l’imposante couche de goudron. Un merle se pose près de moi, me fait un signe et retourne à ses occupations d’oiseau. Une jeune femme apparaît devant moi, me dit "Guten Morgen" et continue son chemin. Je vous connais, je vous ai vu... oui c’était la veille... dans mon rêve. Combien de femmes inconnues vous ont souhaités le bonjour un matin à 6H00 dans la rue ? Je crois que ça n’arrive jamais. Je la cherche des yeux mais elle a disparu. Et c’est à ce moment que je découvre le nom de la rue : Industriestrasse ! Le siège de la "Power Company" doit s’y tenir. Ah ah ah ah ah ! Vers Munich, des fleurs métalliques percent la canopée, leurs pétales tournent au gré du vent. Plus loin, mais pas si loin, des cheminées nocives crachent leurs poumons en continu. Les petites maisons du centre-ville de Münich font maisons de poupée. Jouet ? Et la collection de train de Neil est aussi associée à des jouets ? Computer Age, qui arrive en moto, me dit qu’il a envoyé un modèle de train à édition très limitée au Loner, ce qu’il lui a valu un bel autographe soigné ! ! ! Computer Age en a déjà sept en poche et repart en trombe vers une hypothétique rencontre avec Neil. Je retrouve devant un verre Peter "Hard_To_Handle", Claudia, Rainer, Bernard et ses amis autrichiens, et Tom Hambleton - le Californien qui a déjà vu cinq shows de cette tournée ! Puis on entre rapidement dans le Philharmonie. Larry installe les trois guitares qui m’amèneront à Greendale grâce à Neil qui arrive justement sur scène. Neil parle beaucoup, introduit toutes les chansons, et jamme tout le temps qu’il nous parle. Ses nouvelles chansons sont d’une approche très blues (style John Lee Hooker). Et c’est épatant que Neil se lance dans cette direction qu’il n’a jamais empruntée et je le vois mal joué ces morceaux avec le Crazy Horse ! Mais je peux me tromper. Mes yeux sont captivés par le jeu impressionnant que Neil nous offre ! Je ne le croyais pas capable de jouer ainsi en acoustique. Alors que dans les sets acoustiques avec le Horse, Neil nous livre un jeu de guitare minimum, ici, je reste subjugué par le travail de ses doigts que je distingue bien de mon septième rang. De nombreux changements de rythme et d’intonation dans la voix enrichissent l’ensemble. Le faible niveau de la sono, les belles berceuses et l’attention - que je prête à comprendre ce que Neil raconte d’une voix haute et claire - pourraient endormir le spectateur confortablement installé dans cette belle salle de spectacle tout en gradin. Mais ce n’est pas mon cas ! ! Je dois préciser que l’exercice est vraiment intense sur la durée ! Pour Neil aussi car il consulte ses notes et même à un moment il arrête un morceau pour mettre à jour ses notes posées sur sa chaise ! ! Il nous dit quelque chose comme ça : "Ce n’est pas que j’en aie besoin... mais je ne sais pas ce que j’ai écrit dessus". Be_The_Rain est très nerveux, la sono est augmentée à cette occasion. Les lumières s’allument, je peux me dégourdir les jambes pendant une dizaine de minutes. Larry change les guitares, un rusty lui tend un petit cadeau à remettre à Neil, Larry refuse. Aussi ne tentez jamais de donner quoi que ce soit à Neil par la force, sa réaction sera sûrement le mépris et vous serez grandement déçus ! Neil revient, empoigne sa guitare, démarre en trombe un Lotta_Love nerveux. Puis il se dirige vers le piano, mais Expecting_To_Fly est joué sans âme, sans conviction. Neil revient à sa chaise et fait une belle intro à la guitare ! Il nous prépare une surprise ! Mais quel est donc ce morceau ? Eldorado ? No_More ? Aaaaah... Don't_Let_It_Bring_You_Down. Il m’a bien eu ! Neil se lève, il fait du bruit avec sa guitare, applaudissements, Neil agite ses bras comme ferait un chef d’orchestre, puis se retourne vers l’assistance. Il y a beaucoup de fantômes qui rôdent. Retour au piano, mais je crois que Neil a son harmonica dans les yeux et non la pleine lune ce qui l’oblige à constamment le manipuler et de ce fait Neil se déconcentre des touches du piano... et ça s’entend. Bizarrement il n’arrive pas à rattraper ces fausses notes au piano ! Le fait-il exprès ? Ou bien n’arriverait-il plus à retrouver ses repères ? Une voix crie : "I like your guitar !", Neil répond : "Thank you". Vous savez, vous êtes comme un nourrisson, on fait ce qu’on veut avec, on le pose où l’on veut et on est tranquille, j’aime ça. (! ! !) Merci Neil. Mais je trouve que ce n’est pas vraiment un compliment des plus élogieux ! ! ! War_Of_Man est superbement interprété avec des moments de liberté dans son jeu ! Le dernier "No one wins" fait agiter le mégaphone. Neil revient, entend une voix réclamer Cortez, s’installe et joue Heart_Of_Gold. "I’ve just found a heart of gold" finit un beau jeu de guitare et d’harmonica. Je retrouve les rusties autrichiens très emballés comme moi par ce nouveau cru, et nous nous dirigeons vers un jardin de bière pour lequel Rainer "Baron Rouge" affectionne énormément. La nuit s’avance et notre bonne humeur ne décroît pas. Plus tard, alors que je me dirige vers la voiture, je me demande si la femme que j’ai rencontrée le matin même à Baden Baden n’avait pas un mégaphone dans son sac.

Denis Between The Rusty Words (14 mai 2003)
A suivre...  Ma semaine germanique (partie 2 : Stuttgart)

Le texte traduit





Setlist : Falling From Above / Double E / Devil's Sidewalk / Leave The Driving / Carmichael / Bandit / Grandpa's Interview / Bringin' Down Dinner / Sun Green / Be The Rain // Lotta Love / Expecting To Fly / Mother Earth / Don't Let It Bring You Down / Old Man / After The Goldrush / War Of Man // Heart Of Gold





[Part 1 : Munich 2003]
[Part 2 : Stuttgart 2003]
[Part 3 : Amsterdam 2003]
[Part 4 : Hannover 2003
[Part 5 : Paris 2003 ]