Homepage




Neil Young & Greendale & Indigo & Radio City Music Hall, New York (03-17-2004)




Sophie au RCMH – NY 17 mars 2004 - De votre envoyée spéciale à NYC

Hé bein mes amis, je reviens du Radio City Music Hall, et je n'ai qu'une chose à dire :

E N O R M E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je n’exagère pas en vous disant que je suis restée la bouche ouverte de béatitude et de stupéfaction pendant TOUT le concert... le sol du Théâtre doit encore avoir la marque de ma mâchoire sur la moquette.

Bon, par ou je commence...

Déjà, je suis passée par la case Rustfest avant le concert pour récupérer mon billet qu'une gentille rustie gardait pour moi, et j'ai rencontré quelques gens adorables qui bien que ne me connaissant ni d’Eve ni des dents ont su rassurer mon timide caractère. Ils étaient tout étonnés de voir une petite frenchie se pointer ici je pense. A noter k'il y en a 2 ki m'ont demandé si je connaissais Momo ... héhéhéhé.. On a des célébrités parmi nous à ce que je vois !

Billet en poche je m'en vais à l'assaut du RCMH que je connais maintenant comme ma poche après 2 concerts des Indigo Girls la semaine dernière.

Petit tour d'inspection du matériel avant le show, pour constater que le Rak orange de Neil est en bois et non pas en métal comme je pensais depuis tout ce temps (ça vous fait une belle jambe de savoir ça hein ? !).

Je m'installe à ma place en plein milieu du théâtre au 35e rang, et je retrouve devant moi 2 rusties de Washington très gentils qui papotent avec moi en attendant le moment fatidique..

Qui commence..

Le Double E à droite de la scène avec Grand Pa et son fiston qui 'playbakent' les paroles que chante Neil, une caméra les filme et les images apparaissent sur l'écran géant situé juste derrière Ralph ... ce qui nous permet de voir les expressions des acteurs et notamment de Grand Pa / Larry qui est absolument hilarant. Le son est fabuleux (j'étais 4 rangées devant le soundboard, mais il semblerait que tout le monde a pu profiter des réglages des magiciens de Neil dans toute la salle).

L'histoire de Greendale se déroule et mon regard est abordé par les acteurs/figurants qui évoluent sur le double E, ou bien sur la petite plate-forme devant l'écran géant (qui diffuse tantôt des décors dessinés, tantôt des images extraites du film je suppose), ou encore la prison.
J'avais un peu peur que toute cette mise en scène soit un peu tartignolle et bein pas du tout, c'est très distrayant, amusant, et mine de rien très bien pensé (malgré l'apparence cheap des décors) ... j'en arrive à ne plus regarder le groupe jouer pour me laisser absorber par toute l'histoire (je pense que c'est exactement ce que Neil avait dans la tête en montant tout ça, il a bien réussi son coup le bougre).

Neil fait ses petits speechs entre quelques chansons pour bien expliquer ce qui se passe, et... on a eu droit à un Shut Up Asshole lancé à une andouille ki arrêtait pas de gueuler pendant l 'intro de Carmichael.. Un shut up asshole ovationné par la foule pour le plus grand plaisir de Neil !

Bon et sinon keske ça fait d'entendre Greendale live pour de vrai ? .. bein prenez votre bootleg préfèré de cette tournée, et essayez d'imaginer ce que ça donnerai en 10 000 fois mieux.. Bon courage ! J'en vois ki bavent .. héhé, pour une fois que c'est pas moi ! ;o). J'avoue honteusement avoir été souvent un peu jalouse de ceux ki connaissent Neil depuis longtemps et qui l'ont vu XX fois, bein là, je rattrape un peu de mon retard lol.

Le public déjà très échauffé par Sun Green (..la chanson, .. enfin la Sun Green en chair et en os n’est pas spécialement refroidissante surtout quand elle danse lol) fini Be The Rain debout et fait un triomphe à toute la troupe (qui fini avec ... beaaauuucoup de gens sur la scène).

Comment va faire Neil pour enchaîner après ca ?

Une bande annonce de Rust Never Sleeps défile sur l'écran géant pour nous faire patienter et Neil et ses 3 potes nous reviennent pour attaquer un Hey Hey My My absolument Fu-ri-eux enchaîné sur un All Along The Watchtower tout aussi déchaîné .. les détecteurs sismiques ont du perdre la boule dans toute la côte Est. De très longs Powderfinger et Rockin' In The Free World suivent .. Inutile de vous dire que le public (toujours debout) est absolument dé-chai-né (dans le bon sens du terme.. ambiance de rêve). La première partie de la 2e partie s'achève ainsi et nos 4 garçons (pas dans le vent ... dans la tempête) nous reviennent et se lancent dans une rare Country Waltz, un fabuleux Love & Only Love et Dangerbird... nan, on va plutôt dire : un D A N G E R B I R D de FO-LIE ! ... Il est 10h55 et Neil va se prendre un p’tit Rab' sur le Curfew du RCMH pour nous offrir un dernier Roll Another Number pour la route. Voila mes impressions presque à chaud ... Il est maintenant 4 h du mat’, je vais p’tet’ songer à dormir un peu après cette journée très chargée (de canadien déchaîné, de Central Park enneigé, et d'irlandais se gelant les fesses sous leurs kilts), parce que c'est pas tout ça mais.. Demain je remets ça !!!!

A bientôt.

Sofff
(March 18, 2004 )
(excusez moi mais y'a pas d'accents sur ces foutu claviers)*

* Sofff ! je les ai remis ;) and I notice our friends : "ki" is for "qui" (who) and "k'" is for "que" (that).