Homepage



Neil Young - Mes albums




A mon réveil,  mon oeil se penche vers mon réveil. Celui-ci ne sonne pas mais me donne l'heure. Il est huit heures du matin. Ma main s'ouvre et fait se lever WELD. Selon mon humeur, le track varie mais diffère peu. Soit Hey Hey My My, Blowin' In The Wind, F*!#in' Up, Like A Hurricane, ou encore Rockin' In The Free World. Les jours de fête, mes oreilles ont droit à ces cinq morceaux à la saveur exquise. Rien de tel pour être de bonne humeur !

Au petit jus de 10h30, les ballades électriques qui grincent bien et pourtant pleine de sensibilité de SLEEP WITH ANGELS m'accompagnent jusqu'à midi.

Passer du matin à l'après-midi est comme passer de Scattered à Danger Bird du YEAR OF THE HORSE ! D'un accord du matin, Neil nous tire un long fil de distorsion, puis nous rappelle que c'est encore la même journée en nous redonnant le dernier accord. Celui-ci sert de base à une belle échappée de transition très aérienne qui nous dépose avec douceur sur l'après-midi. Extase.

Après la sieste, des airs à danser s'imposent. J'écarte le meuble et place au violon, banjo et piano avec OLD WAYS.

Puis vient en douceur un Rockin' In The Free World acoustique pour m'amener sur des rivages électriques plus lourds et très nerveux de FREEDOM.

Un peu d'exotisme du LIFE pour le goûter change de suite le décor de la pièce. La forêt vierge s'est développée et des macaques passent de mur en mur. Une silhouette inca est passée dans la tapisserie. Ne l'avez-vous pas vu tout comme moi ?

Le soir et son cortège d'ombres et d'ectoplasmes éméchés débarquent. Il me faut un air vif et entraînant. Je le trouve sur MIRROR BALL. Le pogo inquiète les fantômes qui retournent au bar s'enfiler un dernier rafraîchissement.

La couleur septembre des premiers feux follets qui courent sur la lande envahit mon âme. HARVEST MOON est alors mon reflet.

01h10 : En surfant sur la toile, avant la coucherie, les notes électriquement pures de DEAD MAN me détendent.

03h03: Pour me préparer à de jolis rêves, j'écoute ARC. Ce formidable arrangement de feedbacks me transporte dans le sommeil paradoxal. Sur ce, je m'endors en attendant avec impatience WELD ! ! ! ! ! !

Denis Between The Rusty Words (09-11-2001)

Une journée typique de ma vie sur 365 jours. Suis-je le seul LGO à vivre ainsi ? ? ? ? ? ?
Le jour sup' des années bissextiles est utilisé à réécouter le reste de sa discographie.

Le texte traduit




Je suis conscient que musicalement Greendale est faible
(ça s'entend sur de nombreux morceaux surtout en acoustique),
mais il y a un tel feeling que j'en suis subjugué ! ! !
Greendale est pour moi comme de l'oxygène.
Et comme j'en prends à forte dose,
je suis euphorique 24/24 h.
Je suis hilare 24/24 H.
Je pense que vous vous êtes douté
en me lisant depuis quelques jours ! !
Il faut que je me mette en cure ! ! ! !

A+
Denis Between The Rusty Words
Envoyé : Mercredi 18 septembre 2003, 1:17

© IDDN 2005

Le texte traduit