Homepage

 


Neil Young - Baltimore 2011 #1 (compte-rendu)




Trois hélicoptères en vol stationnaire sur la ville
Deux longues escortes de motards descendent la rue
Une fliquette de ses gants blancs stoppe la circulation
Les gens s'amassent sur le trottoir
Certains vous diront qu'il s'agit de funérailles politiques
Moi, je dis : Neil est en ville !
"Laying down on my back and laughing"

Ma voisine, Sharry, dit qu'elle a vu le Crazy Horse sur la tournée "Rust
Never Sleeps"
Et qu'il n'y a rien de mieux que le Crazy Horse
Yep, neil sans le Crazy Horse, c'est comme un mois sans pleine lune.
Assis sur les marches de l'hippodrome :
Stew est entré par la vidéo "Rust Never Sleeps"
Et le show de Hershey 91 le remue encore !
Assis sur les marches de l'hippodrome :
Je vois Elliot tourner autour de nous
Et chaque fois que nos regards se croisent il me gratifie d'un "Hi"
Je suis en pleine discussion avec mon nouvel ami Stew
S'il veut me parler, qu'il prenne rendez-vous, enfin, son tour
De toute façon, faut qu'on discute
Nous devons préparer une grande fête spéciale avec Neil
Elliot, ok pour demain ?

L'après-midi, Elliot et moi, on s'est retrouvé nez à nez
Entre deux étalages du marché
Alors que nous étions "in a naked disguise"
Grande surprise et petites amabilités.
Tard, dans la chaleur de la nuit, je me retrouve nez à nez
Entre deux rues, avec Trasher & Trasherette
Alors que nous étions "in a naked disguise"
Grande surprise et grandes effusions de joie !!!
Je sais ! la vie est toujours plus farfelue qu'un scénario !
Pour vous aussi, n'est-ce pas ? Hein, dîtes ?

Mon billet n'en est pas vraiment un, mais c'est un "lost tix",
Il préfère le perdre que le lancer par dessus l'étang !
Ben est le totem du stand de T-shirts
Il est ailleurs, il semble...
Hey, à ma vue, il revient, il se redresse
Je lui adresse un sourire, mais il est déjà ailleurs...
Un sosie de Neil - époque t-shirt avec Neil et son mobile -
Assez bluffant, se place dans les tous premiers rangs.
Je suis dans l'axe de deux regards musclés

La salle fait deux fois ma maison
Le balcon s'avance très loin
Il peut tomber, cela se fera dans mon dos
Il y aussi deux mini-balcons de chaque côté
Une grande peinture académique au plafond
Une lyre sculptée au-dessus de la scène
Et une pente pas suffisante pour les grands gaillards d'ici
Et place aux artistes !

Bert Jansch joue devant le décor de Neil
En France ce serait incompréhensible, m'a dit autrefois un gars
"On ne mettrait pas Bert en guest-star d'un show de Neil Young
Mais Neil en guest-star de Bert Jansch, du fameux Pentangle !"
Ce soir tout le monde prend une leçon de guitare !
Bert prend aussi conscience et nous dit vers la fin :
"Ce soir, vous avez droit à un grand concert"
Ne serait-ce pas le cas à chaque fois ?
Les chauds applaudissements ne le font pas revenir
Quel touché magique !
La barre est haute, de quoi stresser Neil, non ?

Les premiers hurlements font éteindre les lumières
Et Neil apparaît aussitôt dans son costume blanc
Avec le galurin assorti
Faut-il vous dévoiler la setlist ?
Et alors ? Des lunes ont passé
Et Neil est toujours sur l'ancienne tournée
Mais c'est très bien puisque je ne l'avais pas vue
Et au moins j'écraserai de mes souvenirs
L'album massacré

Il est assis pour "Hey Hey, My My", "Tell Me Why", "Helpless",
Pour chaque morceau acoustique
Il invente quelques touches magiques entre deux accords
Et "Helpless" en général
Gratté de manière plate et ennuyante
Ici, ne ressemble à rien de déjà vu !
Quelqu'un lui a fait-il savoir que j'étais là ?

Neil se ballade allant d'un instrument à un autre
- Fais pas semblant, tu connais la chanson !
Il agrippe l'électro-acoustique
"You Never Call"
Les paroles et l'émotion du chant
Te glissent sur le corps entier en frissons
Et te glacent le sang
C'est le bonheur sans la joie.
"Peaceful Valley Bd" / "Love & War"
Neil cherche à renouveler ses instrumentaux
Je pensais à avoir complètement perdu ce Neil !

Voici la Gretsch
"Down By The River" sur les flots instables
"Hitchhiker" nerveux, ok, mais là
Neil s'énerve sur son manche
Cherche à (se) surprendre
Et s'en va finir en larsen faisant face au totem indien
"Ohio" déchaîne la foule
"Sign Of Love", un accord ne passe pas par deux fois
Neil surpris, sourit, tente de régler sa guitare tout en jouant

Piano droit au jardin éclairé d'une simple lampe
Avec son abat-jour soucoupe volante, "Leia".
Alors là, je n'ai pas tout suivi les épisodes !
J'étais resté au "Long May You Run" dédié
À l'orgue qui avait souffert de l'incendie
Et il nous joue "After The GoldRush" avec un mélange d'orgue,
Et, ce qui me semble, de piano MIDI !
Je trouve l'effet réussi !
Neil caresse le rouge et le jaune
Du bois du grand piano en cour
"I Believe In You"
Sous l'abat-jour de salon

Retour à la fée électricité (nucléaire ?)
"Rumblin'"
Je crois que c'est sur cette chanson
Où vers la fin que Neil ne semble pas satisfait du son
- Plus pourri que crasseux -
Et donne trois ou quatre coups rageurs sur sa caisse

Neil change de guitare pour un étonnant Cortez !
"Cortez The Killer" est toujours étonnant en soi mais là !
J'ai été scotché à mon siège pendant toute la chanson
Tant Neil s'est amusé à dérouter son public
Brisant les flots habituels du phrasé
Une version toute personnelle
Jusqu'à apporter des larsens entre les accords
Je suis encore statufié quand je le revis !
Et "Cinnamon Girl", classique ?
Oui et pourtant Neil insère encore ici
Des passages étrangers - brisants et larsens -
Au final, il circule sur la scène saluant le public
Neil dépose sa guitare salue et salue et salue
Plus tard, il revient nous dire "Walk With Me"
Et nous fait bien comprendre que c'est à nous qu'il parle
Ça part en étrangeté avec des échos dans la voix
Il gigote sa guitare par le manche
La présente devant des petits amplis
Juste pour étirer le son
Et puis il coupe le potentiomètre
Le "Greensleeves" de fin s'allume rapidement

Je suis sûr que vous ne me croirez pas
Mais dès le matin, ma journée était complète
Rendez-vous compte par vous même :
Je me suis retrouvé nez à nez
Entre deux Rodin avec Victor Hugo :
"La barbe en bataille rangée
J'ai rencontré notre Jupiter
Il ne s'en est pas ému
Il domine ses batailles enragées
Sa tête dégage une force telle un poing
D'exclamation."

Je suis sûr que vous ne me croirez pas
Soit Neil a lu la Rust-List
Soit Neil a lu mes goûts et mes pensées
Quoi qu'il en soit, ce soir, Neil a joué ARC !
Un grand souvenir !

Thanks Neil !
See you in Baltimore #2

Denis Between the Rusty Words
(jeudi 28 avril 2011)

Le poème traduit





Setlist de ce show : Solo ; 2011-04-27, Hippodrome, Baltimore, Maryland, USA

My My, Hey Hey (Out Of The Blue) / Tell Me Why / Helpless / You Never Call / Peaceful Valley Boulevard / Love And War / Down By The River / Hitchhiker / Ohio / Sign Of Love / Leia / After The Gold Rush / I Believe In You / Rumblin' / Cortez The Killer / Cinnamon Girl // Walk With Me
---------------
Neil Young - acoustic guitar, electric guitar, piano, pump organ, harmonica, vocals