Homepage




Neil Young - Vienne 2001 (compte-rendu de Double F)




07-17-01 : Tonight's The Night Part I (pour Rusty Words et autres malchanceux)  

<<Get Back On It reste dans un silence ... qui doit l'amuser, ou bien rentré Christine lui fait voir plus que du vert pour chasser son sourire rêveur après la vision de Pegi et ses petits signes. >>

Je ne t'avais pas oublié Denis Between The Rusty Words ; il me fallait juste le temps de me remettre.

Chronique d'une journée extraordinaire à la LGO :
Vienne et ses antiquités : nous, c'est par le temple que nous avons commencé ; à vrai dire par le bar du temple, QG de la LGO pour l'après-midi. Il y avait tout sur cette place : de quoi apaiser notre soif, de quoi nous sustenter. Même une boutique de musique.
Pauvre barman : après avoir assisté à une commande de salade de la part de Sylvaine et à un choix de glace de Sunny, je doute qu'il puisse voir un CD de Neil sans avoir une éruption cutanée.
Puis, les coups de téléphone se succédèrent : Young Billy, en direct des Météores, Twilight, en direct de devant la porte de son hôtel qui jamais ne s'ouvrit, Yotha en direct de sa voiture : elle nous annonçait que :
1°) Ray était déjà dans le théâtre.
2°) Il y aurait une première partie
Le temps de rejoindre ce vénérable édifice (curiosity kills the cat), de discuter avec Ray, de la voir courir précipitamment après un stetson, de voir arriver le service d'ordre et la porte du théâtre se refermait devant nous.
On est donc redescendu (sauf Ray qui devait essayer de voir si un ancien passage secret existait)
Toujours l'incertitude : y aurait-il une première partie et si oui à quelle heure (! ! !)
(note de l'auteur : les ! n'ont pas été piqués à Ray)
Ce qui n'était plus une incertitude, c'était la pluie qui commençait à tomber…..
A 18 H derniers préparatifs. Momo nous délivre les derniers secrets de James Bond, puis on se dirige vers le théâtre. Route barrée, quelques personnes attendent. On ne sait pas si elles sont bloquées par les barrières ou par Ray, mais elles ne bougeront pas pendant 1 H.

A suivre ....
Double F

----- Message d'origine -----
De : Double F
À : les-gens-ordinaires
Envoyé : jeudi 19 juillet 2001 16:20


07-17-01 : Tonight's The Night Part II (pour Rusty Words et autres malchanceux)

... Suite de la chronique d'une journée extraordinaire à la LGO :

19 H : ouverture des portes (Ray les a franchies environ 1 microseconde après).
On la retrouve assise par terre ; elle sera au premier rang juste devant le micro principal. Sunny à sa gauche et Sylvaine à sa droite. Nous, on s'installe juste derrière avec Brian et son père. Plus loin, prés de la barrière, Dona, Twilight, Yotha et sa petite famille. En attendant, on discute, on lie connaissance avec des gens (peut-être certains nous rejoindront à la LGO - ou peut-être est-ce déjà fait), on regarde le tee-shirt de Ray parsemé de dédicace (Astrid Young ??? Denis qui est Between The Rusty Words va être fou s'il voit celle-là), on voit Ray aller serrer la main d'un type qui a serré la main de Neil... le temps passe

21 H : il y a effectivement une première partie. Aïe, nous sommes nous tous dit. Trois jeunes débarquent sur la scène, le chanteur n'a pas encore la voix bien chauffée, mais ce premier morceau est intéressant... le public applaudit, ça les encourage... la voix s'affirme, le public réagit, le ciel aussi puisqu'il commence à pleuvoir. Après 3 morceaux, il ne reste que le chanteur qui prend sa guitare et nous fait un set acoustique (ou a-t-il eu cette idée là ?). Du coup, la pluie cesse. Puis les autres reviennent. Une voix dans l'audience crie "Rock & Roll" ; le chanteur répond "exactly" et ils nous livrent quelques morceaux qui enlèvent notre adhésion. On avait peur de cette première partie, mais pour ceux qui n'étaient pas là, je vous les conseille : ils s'appellent Novastar.

21H50 : on enlève le matériel et les derniers préparatifs. Le public s'impatiente. Il faudra presque 1/2 h pour arranger la scène. On rediscute.
Comment sera habillé le Loner ? Brian penche pour la chemise sur le tee-shirt (ça fait des effets de manche). Enfin, la touche finale : la bière sur le piano.

22H15 : Ils arrivent... Brian avait raison ! Il y aura des effets de manche

A suivre ....
            Double F

PS : Et oui, il y aura Tonight's The Night Part III (encore un inédit)

----- Message d'origine -----
De : Double F
À : les-gens-ordinaires
Envoyé : jeudi 19 juillet 2001 16:22


07-17-01 : Tonight's The Night Part III (pour Rusty Words et autres malchanceux)
Chronique : suite et fin

Don't Cry No Tears : la fosse chante. Avec l'éclairage venant du haut et le stetson, impossible de voir le visage de Neil.
I've Been Waiting For You : en entendant le refrain, le premier rang ne se sent plus : Ray et Sylvaine seront affirmatives : ce morceau vient juste d'être écrit spécialement pour elles.
L'éclairage change : on voit enfin le visage : fatigué, mais détendu et souriant ; Love & Only Love : des solos de guitare impressionnants, le son de la guitare est beaucoup plus brut qu'à Paris.
Puis, une première surprise : il enchaîne avec standing In The Light Of Love alors qu'on s'attendait à Going Home : y aurait-il des surprises ? La surprise est mauvaise et vient vite… What's wrong with Poncho ? : son jeu devient de plus en plus statique, il ne se mêle pas aux autres…
Hold You In Your Arms : à gauche de la scène une silhouette blonde apparaît dans le noir pendant que Neil fait son premier solo : Ah, pauvre Denis Between The Rusty Words : elles sont là… et elles arrivent. Je ne te les décrirais pas, ça t'apprendra !
Départ du Horse ; Neil reste seul : pas de surprise sur le set acoustique : début difficile, problème de médiateur, puis la magie opère : derrière moi : un portable… c'est un jeune qui vit son premier concert ; il devait être avec sa copine, mais elle n'est pas là : alors il a décidé de lui en offrir quand même un extrait…
Retour du Horse : Ralph et Billy, Neil entament Gateway of love (et Going Home ??? Et la new one ??? Et Poncho ???). Il n'est pas là : le solo dure, Poncho arrive en traînant les pieds, un vrai zombi, enfin le morceau commence, mais une autre désillusion attend ceux du parterre. Les réglages du son ont été modifiés, la guitare de Neil est beaucoup plus forte et sa voix est noyée… enfin, nous on continue à prendre notre plaisir.
Hey Hey, My My… la folie s'installe dans la fosse qui chante à tue-tête, Neil est tout sourire et Billy en plein trip ; Poncho reste dans son coin.
Devant, ça saute. Ray fait des bonds, mais ça ne m'empêche pas de continuer à voir. Sylvaine fait des moulinets avec son écharpe. On se demande comment il n'y a pas eu de blessés ce soir là...
Enchaînement avec un Sedan Delivery furieux. Neil est dans son trip, Poncho imagine qu'il est au musée Grévin….. Billy trépigne, hoche la tête en cadence et hurle dans son micro "Gotta get away", mais il est couvert par la fosse qui reprend avec lui. Du délire !
Like a Hurricane : ça continue : Neil fait péter ses cordes une à une, Billy est à genoux en train de taper sur sa basse et de pleurer parce que lui, il n'arrive pas à les casser, Poncho pique un roupillon derrière le synthé : une force de la nature ce gars ! Mais qu'est ce qui est arrivé à son jumeau, celui qui filait des coups de pied à l'arrière-train de Neil à Bercy ?
Tout le monde s'en va ! La foule hurle et trépigne. Le Horse revient pour saluer. Ah non : 14 morceaux seulement ! Vous plaisantez les gars ! Ils échangent quelques mots et reprennent leurs grattes ! Ouf ! Premiers accords : Down By the river ! Enfin du neuf (enfin, si on peut dire). Les rôles sont redéfinis : Billy passe au premier rang et assure le spectacle. Neil est dans son trip et assure la guitare, Les girls sont là, nous encouragent et font les vocals, Ralph, je n'en parle pas, fidèle à lui-même. Quant à Poncho, il reste en arrière… Puis vient Welfare Mother : foule en délire : on surprend des choses dans la fosse : Ray qui fait des gestes de complicité à l'égard de Pegi (impensable avant ce show), Sylvaine qui fait le V de la victoire à Neil quand il hurle DEE VORR CEE (Sylvaine, il ne chantait pas ça pour expliquer qu'il allait quitter Pegi pour toi).
Puis Rocking In the free World : c'est trop lent Neil ! Un tel morceau doit être brutal : enfin ce n'est pas grave, ça permet à Poncho de suivre.. Tout le monde salue, Astrid tape affectueusement sur le ventre de Poncho qui sort en emmenant avec lui une bouteille emplie d'un liquide bleu.

Qu'y a-t-il dans cette bouteille ? Aurait-on là une explication ? :
1 - Poncho a trop forcé sur l'antigel
2 - le pauvre aurait eu des problèmes de digestion. Mais s'il a essayé de prendre de l'Hepatoum®, cela voudrait dire qu'il est daltonien.

Bon ceci dit, nous, on n'a pas eu notre compte, et on continue à réclamer. Le service d'ordre évacue une groupie qui était arrivée sur la scène (non, non, ce n'était pas une des nôtres).
Et ils reviennent. Going Home, Roll Another Number, un dernier salut, puis la petite musique (de nuit). Il est presque 0h45.


Personne ne veut partir, on discute de ci, de là. Le staff range le matos.
Larry jette le médiateur usagé. Sylvaine en réclame un (elle n'était pas arrivée à se décider pour en acheter un l'après-midi). Larry en jette une poignée : tout le monde en attrape un... sauf Sylvaine. Pas de chance pour elle : elle n'aura ni Neil, ni son médiateur.
D'aucuns récupèrent la set-list qui était scotchée au pied de Neil.
Passenger jette un coup d'oeil : zut ! Il avait aussi prévu Powderfinger : on aurait du insister un peu plus.

Enfin la foule s'égrène … Zut il n'y a plus rien à boire … ! Une petite excursion vers une boutique, retour au théâtre ; les pompiers nous virent gentiment… et c'est le retour. La pluie est sympa. Elle a attendu la fin du concert pour commencer à tomber.

            Double F (ex Get Back On It)

----- Message d'origine -----
De : Double F
À : les-gens-ordinaires
Envoyé : jeudi 19 juillet 2001 16:32





[Greendale 2003][Vienne 2001][Rotterdam 87][05-24-78]