Homepage

 


Hors du méjour



Halte haletante à la mévie de mémorsure
La méquilibre se rattrape à la serrure
L’entrée et la sortie vont m’étoiler les gonds
Mais non
La corde est livrée de méclés
Comme le mépingre achète sa m’hachoir
Et métisse de bras et de chair la mémaisonnée
Le mécoeur saute de la méforme au gaillard
Le méclou perd à jamais la pointe mévelue
Et les mésidées ne m’épinglent plus
Le quotidien méconte très bien le méquotidien
C’est un mésart pour un clavecin
Une mégère respire la méguerre
Mes bêche et pioche creusent dans l’encre débonnaire
Mon bon air
Mon trésair

Denis
(30 janvier 2005)
© IDDN 2005

Le poème traduit