Homepage



Mon expérience musicale avec Neil Young




J'ai découvert le monde de Neil YOUNG par ARC.

Par son côté des plus écorchés qui soit, si douloureux à tel point que recouvrir de peau cette chair mis à vif serait faire acte de torture. L'artiste a attiré la fée électricité à un sacré bal en l'accoutrant de fripes inaccoutumées, accidentées, escarpées, la subjuguant dans une danse tourmentée de 40 minutes.

Un tel artiste ne peut qu'attirer ma sympathie et ma curiosité.

C'était en 1993.

Alors j'ai passé en revue toute sa discographie, constaté l'étendue de son domaine, de son talent. Le refus des genres, du son propret, les mélodies qui ne sont pas des plus simples, des notes pas toujours huilées, tout cela composent une vibration qui m'est nécessaire et douce comme notre petit air oxygéné et iodé.

Neil endosse avec brio l'acoustique et l'électrique. Neil se perd et se retrouve dans les méandres nébuleux de la création, et nous, nous sommes témoin et nous l'accompagnons de notre soutien, cette âme en désespérance, cette âme en construction.

Avant cela, j'avais écouté "Woodstock", "Harvest" ou encore "Comes A Time". C'était à leur sortie et j'étais encore bien petit mais cela ne m'empêchais pas de l'apprécier déjà.

Je ne l'ai jamais vu en concert et avec impatience, j'attends Bercy. Une seconde date ne m'aurait pas déplu. Six dates en Allemagne, cinq en GB, la France avec une date unique fait petit pays européen pour cette tournée 2001.

Plus proche de mes 50 que de mes 20 ans, je vis en Bretagne et écoute par ailleurs de cette musique.

J'aimerais trouver chez les gens ordinaires de quoi partager la sympathie que je porte pour Neil Young.

A+

Denis Between The Rusty Words (13-05-2001)

Rock and roll can never die.
-----------------------------
"Listen or thy tongue will keep the deaf"

Le texte traduit





Le seul truc à prospos de l'internet : éviter de mettre du contenu trop privé »

J'éviterai de dire mon âge (62 ans), que je me tiens et me teins les cheveux que je suis rusty dans la vie.
J'éviterai de dire que mes deux enfants se prénomment Rose et Soul.
Certains rusties me disent :"Ha oui ! Pour "Love Is A Rose" et "Soul Of A Woman" !"
Perdu !
C'est pour Crazy Rose et Mister Soul ! ! ! ! ! ! !
Et quand j'entends jouer dans le jardin Crazy Rose avec Mister Soul, j'ai les yeux humides.
Ah ! Il ne me faut pas grand chose pour émotionner mon petit coeur.

Denis Between tears & children
(02 septembre 2002)

© IDDN 2005




Membership Number of "Neil Young Appreciation Society" : 5849